| 505 Untitled Document
alicesarahb:

"Je Suis Le Cahier: The Sketchbooks of Picasso.!
by Bibliophilia-Libro Antiguo
nuovefoglie:

Victor Brauner.
lepantalondexolopherne:

DAUMIER Honoré       Don Quichotte à cheval     3e quart 19e siècle       Dijon ; musée des beaux-arts
gacougnol:

André Breton - Marcel DuchampBoîte Alerte - Misssives Lascives Exposition Internationale du Surréalisme Paris, Galerie Cordier 1959 -1960
Canoë.

On trouvait dans la nature le son odieux des volutes répétées qui, à force de couvertures étouffantes, m’avait déchiré l’abdomen en deux, toutes fantaisies tues. Face à un croisement bien curieux, un hibou m’épiait, suivi d’une pauvre hirondelle pourvue d’écorchures ; ma jeunesse se retrouvait réduite à un bouillon malsain, une traînée évaporée ! Peu de temps avait fui avant que les prédateurs ne s’élèvent, tous rongés par une sorte d’idée fichue, incapables même de se dépêtrer -on voyait la vase remonter jusqu’à leur cou. Sans m’y préparer, la nuit s’entêtait à servir des langues caustiques accompagnées de sueurs parfois délicieuses, souvent fuyantes : un tel manège se muait en cérémonie audacieuse, transportée par l’ivresse du départ précipité. 

Mon ventre arbitraire se transforme en un nœud peu recommandable, mais je reste prudente. Espérons que l’indécence ne soit pas morte. 

+
tri-ciclo:

"Est-elle aimée?," Les Illuminations by Arthur Rimbaud Fernand Léger ,1949Lithograph on handmade, wove Paper
Du familier.

Il n’est plus l’heure de mimer fantaisie ni de regretter les temps passés sur un siège enfumé et grisâtre. Les fausses croisades se sont enchaînées, si écarquillées que la fausseté reluisait presque. Devant le spectacle de tous ces cous tordus et estomacs tuméfiés, mes sens ne savaient sur quoi s’attendrir-mais la responsabilité ne se divise pas en rayons. Parlons pièces, conversons sur les mètres conquis, discutons des différentes peintures à arborer, mais surtout taisons les multiples nuances qui habitent le vécu, ne nous préoccupons pas de ce qu’il y a au-delà. J’ai l’impression de te trahir en déshabillant l’inconnu du regard, mais vêtir le futur serait bien désagréable. Martelons, martelons en rythme ! Rien de plus beau que les percussions d’un cœur emballé dans ses draps, tous acides dehors.

+
Un coup de pied long de deux siècles.

Si j’ai oublié comment désigner, c’est parce que l’ignoble a cru être capable de déchiffrer mon instinct, parce que je n’ai su ni pu sortir ma tête de l’eau et mes pieds de la vase. Que l’accalmie nous engourdit ! Seulement, à l’heure où l’écume vient frapper les murs construits, il n’est plus temps de relever fièrement le menton. J’avais voulu découper ceux qui papillonnaient en courbettes, mais c’était oublier mon obéissance abyssale. Comment sortir de mes fers proprement forgés ? Que reste-t-il à faire lorsque toute la bêtise évaporée se transforme en honte, en course effrénée ? On me promène, m’abuse et m’immole -mais je persiste, la tête au dessus du bûcher. Alors me voici à nouveau au milieu des pages, les lèvres fébriles et le cœur empli, prête à sacrifier mon jour pour des paroles desséchées. Elle a mimé le vomissement sans rougir alors que je me tenais les yeux enfumés ; et j’ai peur du soleil qui m’éclairait, je crains la rechute infernale et le visage livide. Ils restaient hilares, pareils à une volée de crachat atteignant mes certitudes. 

Il est temps de se raccommoder, manier le fil comme l’épée pour combattre enfin le non-sens environnant. 

+
artinspain:

George Grosz 乔治·格罗兹
Metropolis
1916-17
Oil on canvas. 100 x 102 cm
Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid
INV. Nr. 569 (1978.23)
ST